La Ronde des Moulins en Salignacois…

« Les saisons sont ce qu’une symphonie devrait être : quatre mouvements parfaits en harmonie intime les uns avec les autres ».

Quatre mouvements comme les quatre couleurs du Périgord, comme les teintes de notre petit coin de Périgord, noir de ses truffes, vert de sa nature et jaune de ses pierres.

Des pierres qui ont permis la construction de nombreux moulins sur les territoires du Carluxais et du Salignacois devenus le Pays de Fénelon.

Les 31 mai et 1erjuin prochains, la fraîcheur des sous-bois, à quelques jours de l’arrivée de l’été, va faire le bonheur des marcheurs et des randonneurs à la recherche d’un patrimoine naturel et bâti qui a résisté à l’usure du temps, comme les moulins des chemins de meuniers du Salignacois, à l’occasion de la première édition de La Ronde des Moulins.

Dominique Massédre

Présidente

Moulins et meuniers,

deux mots chargés d’histoire !

 

De nos jours, si on demande à un enfant de dessiner un moulin, il tracera une construction avec des ailes.

Force est de constater que l’évocation du moulin renvoie souvent cette image du moulin à vent, plus rarement du moulin à eau. Pourtant le moulin à eau est, sans aucun doute, à l’origine du développement industriel de nos communes et de notre pays car il a été le moteur de nos premières « usines ».

A l’évidence, le moulin a amélioré la vie des hommes et modelé nos paysages.

L’Office de Tourisme de Salignac ne possède pas de moulins, ce qui ne l’a pas empêché de se lancer, en 2011 :

  • Dans une aventure autour de la meunerie en s’appuyant sur les moulins du Salignacois,

  • Dans une opération de promotion touristique en s’appuyant sur un patrimoine lié à l’eau, celui de la meunerie,

  • Ainsi que dans un devoir de mémoire voire un devoir des mémoires.

Après avoir écrit et posé 80 panneaux explicatifs, en 2012, sur les moulins, le meunier et son âne, la meunière, les dictons liés à la profession, le blé, le pain et la farine…

Après l’inauguration officielle, en mai 2013, et la labellisation du chemin des meuniers de la vallée de l’Inval, en parcours-découverte Randoland où les enfants de 4 à 12 ans voire plus, munis de fiches énigmes, deviennent guides et explorateurs…

L’office de tourisme de Salignac, en partenariat avec la communauté de communes, a décidé de faire de 2014, l’année des moulins en Salignacois en organisant des animations autour de la meunerie.

Après les « Portes ouvertes », aux moulins du Janicot et des Ans, lors des Journées Européennes des Moulins des 17 et 18 mai prochains, l’office de tourisme invite les randonneurs et les amoureux de la nature à venir arpenter, en toute liberté, les 31 mai et 1erjuin, des parcours qui offrent des instants d’émotion en venant découvrir un patrimoine oublié, celui de la meunerie salignacoise.

Les meuniers d’aujourd’hui, ceux qui sont propriétaires des derniers moulins sur la Borrèze, l’Inval, la Chironde et le Sireyjol ne sont pas nombreux. Mais ce sont de véritables mordus soucieux de préserver un patrimoine que l’on a tendance à oublier.

Alors, si vous le permettez, avant de vous présenter le programme de notre première Ronde des Moulins, quelques chiffres (arrondis) et un peu d’histoire en se référant aux différents recensements et aux écrits de quelques passionnés.

La France, a été le pays qui a possédé le plus de moulins (20000 au XIème siècle, 70000 au XVème siècle, un peu moins de 100000 au début du XIXème siècle).

En 1809, notre pays comptait 82300 moulins à eau et 159OO moulins à vent.

En 1896, il n’y avait plus que 37050 moulins.

En 1931, il n’en restait que 29630.

La France du Sud était celle du moulin à roue horizontal avec une région dominante : Midi-Pyrénées. L’Aquitaine arrivant juste derrière

Lors du recensement impérial de 1809, il y avait env 2700 moulins en Dordogne :

  • 1500 à roue horizontal

  • 1100 à roue verticale

  • 100 à vent

Un demi-siècle plus tard, la Dordogne avait perdu 1100 moulins. Il y avait 400 dans le Sarladais et une quarantaine dans le Salignacois.

A l’époque, sur les 47 moulins recensés sur la Borrèze, de la source à sa rencontre avec la Dordogne dans le Lot, il y avait 25 moulins sur la Borrèze périgordine.

A ce jour, sur la Borrèze (24 km) et sur l’Inval (4 km), son principal affluent, une quinzaine de moulins sont encore debout ainsi qu’une carcasse de moulin à vent (Nadaillac) : un seul moulin en activité : le Janicot à Borrèze. 

Sur l’Inval, il reste 6 moulins, dont le moulin de Carloux transformé en pisciculture, et une ancienne minoterie à Borrèze.

A l’ouest, la Chironde longue d’environ 16 km longe, en partie, une ancienne voie de chemin de fer entre Sarlat et Condat.[

Parmi les affluents,le Sireyjol (également appelé l’Hyronde]), long de 6 km.

A l’époque du recensement impérial, il existait une quinzaine de moulins dont celui des Ans (ancienne forge).

Aujourd’hui, une dizaine de moulins ont résisté à l’usure du temps. Deux bâtisses possèdent encore leurs installations et pourraient tourner pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Le Salignacois était riche d’une quarantaine de moulins. Certains ont conservé le nom de leurs anciens propriétaires.

Avec le Carluxais, lorsque les investigations seront achevées (18 moulins inventoriés sur l’Enéa), le Pays de Fénelon pourra annoncer qu’il y avait un peu plus de 60 moulins sur ce territoire !

Les moulins et leurs équipements furent essentiellement l’œuvre des grandes abbayes. Les moines étaient non seulement des religieux, mais des bâtisseurs, des constructeurs de moulins.

Les moines bénédictins de Souillac, vers l’an 1000, sont les constructeurs des moulins sur la Borrèze qui prend sa source, sur la commune de Paulin, en Dordogne, dans le Salignacois

Les moines de l’abbaye cistercienne d’Aubazine (1150), plus « techniciens » ont disposé de moines architectes et ingénieurs et sont allés plus loin dans les constructions (digues, canaux, biefs, piscicultures, déversoirs).

Les guerres de Cent Ans et de Religion, ont détruit de nombreux moulins. Notre petit coin de Périgord échappa à ces destructions.

Si les moulins se sont d’abord développés grâce aux moines. Les seigneurs prendront la suite et instaureront la « banalité » qui obligera la population à venir y moudre le grain moyennant le paiement d’une redevance prélevé directement sur la mouture.

Ce qui constituait pour les propriétaires de moulins une source de revenu importante. Banalité qui sera abolie à la Révolution.

Durant de longs siècles, les moulins à eau ont rythmé la vie de nos vallées. Suite aux différentes guerres et à l’arrivée des minoteries, progressivement les moulins de nos rivières cesseront de tourner.

Les moulins étaient un lien entre l’homme et la nature. Et, ce qui était remarquable, c’est que l’eau, devenue énergie utile, était exploitée sans être dégradée, sans détruire la faune et la flore

La meunerie un atout touristique

 

Dans le Salignacois, certains propriétaires ont restauré leur moulin en redonnant vie à leur installation (bief, vannes, roue, meules…). D’autres, en ont fait de belles petites résidences. Deux ou trois moulins, faute de repreneurs, risquent de disparaître.

Les moulins font partie de notre patrimoine, tout comme l’histoire de la meunerie. Il n’en fallait pas plus pour que l’office inscrive les moulins parmi les atouts touristiques de notre territoire.

Pour faire découvrir ces moulins, l’office a tout simplement mis en valeur des chemins qui suivaient les cours de nos rivières en les intégrant aux Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et deRandonnée(PDIPR) existants dans le Salignacois.

Après deux années de recherche, de rencontres, de lecture, d’écriture, de correction…nous sommes arrivés à la réalisation de 80 panneaux explicatifs financés et posés par la communauté de communes. Prochainement, trois grands panneaux ludiques et inter actif sur la meunerie seront installés sur ces chemins.

Aujourd’hui, nos chemins de meuniers sont de plus en plus fréquentés par les amoureux de la nature qui, tout en marchant, prennent la peine de découvrir un patrimoine qui a une histoire. Une histoire reconstituée grâce aux derniers meuniers et à certaines familles.

En Salignacois, l’un des derniers meuniers sur la Chironde, au moulin des Ans (ancienne forge), Pierre Vergne, a cessé ses activités en 1991, non sans avoir transformé son moulin en petite minoterie pour améliorer qualité et rendement. Le propriétaire actuel, Sylvain Claval, le refait tourner.

Sur la Borrèze, le moulin du Janicot continue à fonctionner grâce à Jean-Pierre Neyrat. Particularité de ce moulin familial, il avait été construit à côté de la maison du meunier pour éviter les risques d’incendie.

Deux « meuniers » qui participent à toutes les opérations organisées par l’office.

D’après nos anciens, tout au long des vallées où étaient installés ces moulins, il y avait une vie avec le passage des ânes et des mulets, des charrettes chargées de sacs de grain à l’aller et de farine au retour. Des vallées qui vivaient avec le bruit que faisait chaque moulin en mouvement, avec les gens qui s’interpelaient en patois.

Devenus silencieux, les moulins sont là pour nous rappeler que ces vallées étaient vivantes.

Devenues muettes, ces vallées ne demandaient qu’à revivre. Ce qui deviendra réalité dans quelques semaines avec la première édition de La Ronde des Moulins au Pays de Fénelon en Périgord Noir.

A quelques jours de l’arrivée de l’été, l’office de tourisme va permettre aux randonneurs, les 31 mai et 1erjuin, de marier le plaisir de la marche à celui de la découverte en venant arpenter trois chemins de meuniers au fil de nos rivières.

 

Le randonneur pourra laisser voguer son imagination, en ouvrant grand ses yeux et ses oreilles.Il pourra ainsi profiter pleinement des formes de vie et des couleurs, tout en écoutant les sons de la nature, de ce grand jardin qu’est le Salignacois.

La Ronde des Moulins, une animation hors saison qui pourrait, au fil du temps, connaître le même succès que La Ronde des Villages.Ce qui confirmera que le Salignacois, est bien une véritable terre de randonnées en Périgord Noir.

La Ronde des Moulins

au Pays de Fénelon

en Périgord Noir

1ère édition – les 31 mai et 1er juin 2014

 La Ronde des moulins, une autre façon de voir notre territoire en venant arpenter les chemins de meuniers du Salignacois où les randonneurs vont mettre leurs pas dans ceux de ces hommes en blanc, les meuniers, que l’on appelait également des « farineux », pour des balades, hors du temps, à la découverte d’un patrimoine lié à l’eau, celui de la meunerie.

Originalité de cette première Ronde des Moulins en Périgord Noir, elle est gratuite et se fera en toute liberté.

Dans le cadre de 2014, l’année des moulins en Salignacois, l’office de tourisme propose aux randonneurs de partir, sur une ou deux journées, sur le parcours de leur choix, en fonction de leur envie, de leur audace. Les randonneurs partiront de Salignac, repasseront par Salignac et se retrouveront au final à Salignac!

La Ronde des Moulins au Pays de Fénelon en Périgord Noir, c’est :

2 boucles indépendantes à arpenter, en toute liberté, sur des parcours entièrement balisés.

  • « Sur le chemin des meuniers des vallées du Sireyjol et de la Chironde », environ 25 km au départ de Salignac avec le parcours de liaison.

  • « Sur le chemin des meuniers de la vallée de la Borrèze », environ 15 km au départ du parking de Borrèze.

Deuxième originalité et c’est une première : il sera proposé une boucle découverte Randoland, spécial enfants (8 Km), sur le chemin des meuniers de la vallée de l’Inval, à partir du village de Borrèze à la découverte d’une ancienne minoterie et de six moulins, dont celui de Carloux transformé en pisciculture.

A la randonnée, à la marche, nous avons tenu à y rajouter le côté découverte avec la pose de 80 panneaux explicatifs sur la meunerie

Accueil, visite et démonstration, entre 11 et 17h, par le meunier, dans deux moulins en état de fonctionnement :

  • Le moulin du Janicot, à Borrèze

  • Le moulin des Ans (ancienne forge), à Archignac

Autre originalité : en arrivant au moulin, espace pique-nique pour celles et ceux qui auront choisi la formule repas tiré du sac ou possibilité de se restaurer auprès de producteurs locaux (vente de casse-croûtes paysans et boissons).

Pendant ces deux journées, animations aux moulins dans le cadre de « Moulins en Scène », manifestation organisée par la communauté de communes, avant de déguster avec modération, samedi soir, le traditionnel « Fénelon ».

Public concerné : tous publics, sportif ou familial, enfants

Émargement obligatoire au boulodrome lors du départ de Salignac Eyvigues, remise des plans de randonnées et fiches énigmes de l’inspecteur Rando pour les enfants.

Horaires départ : à partir de 8 h 00 jusqu’à 10 h 00.

Modalités de participation : Inscription gratuite, mais obligatoire, après avoir rempli le bulletin ou auprès de l’Office du Tourisme de Salignac.

Pour en savoir plus et pour préparer leur séjour, les randonneurs peuvent se connecter sur : contact@tourisme-salignac.com

Informations au 05 53 28 81 93.

Un spectacle naturel offert par la nature !

Depuis l’arrivée du Printemps, l’office de tourisme s’est de nouveau mis en quatre pour permettre aux scolaires des écoles primaires et aux enfants des centres de loisirs de venir découvrir nos chemins de meuniers et nos parcours-découverte.

Les parcours-découverte, ce sont des animations qui occupent intelligemment les enfants avec des activités qui permettent de provoquer l’éveil et la curiosité, l’imaginaire et l’émotion. Ce sont des promenades qui arrivent à ébahir les enfants, à satisfaire leur curiosité, tout en mettant les parents sous le charme.

C’est la raison pour laquelle, nous avons labellisé le chemin des meuniers de la vallée de l’Inval en parcours-découverte Randoland et ce pour trois raisons :

  • Pour les enfants, parce que les parents qui choisissent la campagne comme lieu de vacances nous demandent de plus en plus quelles sont les activités que nous pouvons leur offrir.
  • Parce que les moulins font partie du patrimoine de notre territoire et qu’ils attirent la curiosité comme les châteaux, les églises.
  • Et que les parcours-découverte sont le trait d’union entre la famille et les loisirs.

Depuis son ouverture, le parcours sur le chemin des meuniers de la vallée de l’Inval arrive en tête des visites (nombre de fiches énigmes diffusées depuis l’inauguration officielle en mai 2013). Le passage par la pisciculture du moulin du Carloux et le moulin du Janicot explique certainement les raisons de cette réussite.

Après avoir eu, en 2012, le sentier des fontaines comme coup de cœur Randoland, en 2013, c’est le chemin des meuniers de l’Inval qui a eu cet honneur !

A ce jour, la Dordogne est le deuxième département de France, derrière le Cher en nombre de parcours ! 24 pour la Dordogne (ça ne s’invente pas).

En 2014, si la comcom achète du Randoland pour le Carluxais (un parcours par commune), nous aurons un potentiel de 20 parcours-découverte sur le futur territoire du Pays de Fénelon. Une offre unique dans le département !

Aujourd’hui, notre territoire, le Salignacois, c’est un grand jardin qui offre près de 250 km de PDIPR grâce à 22 boucles, 9 parcours-découverte, 3 chemins de meuniers et 4 randonnées urbaines. Un jardin où la nature est omniprésente.

A une époque où la gestion de l’environnement devient un enjeu de société, le Salignacois offre de nombreuses possibilités de découverte pour les petits comme pour les grands. Ce qui nous permet d’offrir un territoire vert de qualité. De quoi faire le plein de nature.

Raison pour laquelle, après avoir organisé une conférence sur la meunerie et reçu, début avril (le 5), l’assemblée générale de l’Association Périgordine des Amis des Moulins, l’office de tourisme de Salignac, en tant que « créateur d’événements », a décidé de faire de 2014, l’année des moulins en Salignacois.

L’office a également élaboré une douzaine de bâches pédagogiques qu’elle met à la disposition des enseignants pour faire découvrir la meunerie aux jeunes scolaires. Des supports que va également utiliser l’APAM lors de ses manifestations à commencer lors de la Félibrée à Verteillac.

 

Cet été, les touristes vont non seulement découvrir les moulins du Salignacois en parcourant les chemins de meuniers des vallées de la Borrèze, de l’Inval, du Sireyjol et de la Chironde, mais ils pourront également participer à deux nouvelles promenades, en famille, dans le cadre de Randonnée en Fête, sur le chemin de meuniers de l’Inval.

 

D’autres projets sont en attente comme :

  • La création d’un Fonds documentaire sur les moulins en partenariat avec la bibliothèque d’Archignac (village meuniers, comme Borrèze et St Geniès) et la bibliothèque départementale.

  • L’édition d’un livret sur les moulins du Salignacois, en partenariat avec des illustrateurs qui ont contribué à la réalisation des 80 panneaux pédagogiques posés tout au long des trois chemins de meuniers.

  • La rénovation de l’ancienne minoterie de Borrèze pour espérer en faire un espace pédagogique sur la meunerie.

  • La mise en valeur du parcours sur la Borrèze, un atout touristique à ne pas négliger. En effet, ce parcours peut devenir une passerelle, entre les départements du Lot et de la Dordogne, grâce à l’ancien chemin de meuniers qui allait de Souillac à Borrèze en passant par l’espace naturel sensible de Lamothe-Timbergues !

Notre participation à l’opération « Destination moulins » initiée par la FDMF auprès des ministères du Tourisme et de l’Agriculture.

Le Salignacois est une destination touristique reconnue et appréciée par celles et ceux qui nous rendent visite. Raison pour laquelle, chaque année, nous n’avons de cesse de nous remettre en cause pour répondre aux attentes de notre clientèle.

Verront-ils le jour ?

 

Pour information : l’office de Salignac est adhérent :

  • à l’APAM, présidé par Alain Périer, propriétaire du moulin Neuf à Carsac
  • et à la Fédération des Moulins de France, présidée par Alain Eyquem

 

Une réflexion au sujet de « La Ronde des Moulins en Salignacois… »

  1. Blanc-Oger

    Bonjour,
    Je suis à la recherche de farine de sarrasin, j’habite Sarlat, et j’aimerais connaître vos conditions de ventes, de quantités, de livraison etc.
    Merci par avance pour votre réponse.
    Cordialement
    Ghis. Blanc-Oger

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *